On est les champions, on est les champions !

Certes mais à réécouter les commentateurs sportifs, les spécialistes et les experts du ballon rond - toujours se méfier des experts - ils étaient unanimes pour dénoncer les choix du sélectionneur avant le début de la compétition.


Ces critiques portaient essentiellement sur la liste des joueurs retenus en se basant sur les valeurs individuelles comparées de tel ou tel joueur.


Comme si la juxtaposition des meilleurs joueurs formait in fine la meilleure équipe.

Or depuis des lustres nous observons que la meilleure équipe, la meilleure troupe, le meilleur orchestre ou le meilleur équipage n’est pas nécessairement composée des meilleurs éléments pris individuellement mais de la capacité à atteindre ensemble l’objectif fixé.


Dans le sabir footbalistique « le groupe vit bien ensemble » ou, d’une manière plus érudite, que nous parlerons de synergie, c’est-à-dire de la capacité du groupe de produire mieux et plus que la somme des capacités des individus qui le composent. Trivialement : 1+1>2.


Dans l’aéronautique ce constat a été fait très tôt, dès la seconde guerre mondiale il avait été observé que les équipages de bombardiers qui survivaient au plus grand nombre de missions n’étaient pas constitués des pilotes, bombardiers, navigateurs, mécaniciens ou mitrailleurs les mieux notés à titre individuel. La clef de la survie dans les conditions d’extrême hostilité d’une mission de bombardement nocturne (avions peu fiables, longueur de la mission, défense anti-aérienne, vol de nuit avec des instruments rudimentaires, faibles expérience des équipages) était la capacité de l’équipage à bien travailler ensemble.


Il faudra attendre néanmoins le début des années 1990 pour que l’aviation commerciale s’empare du sujet et élargisse le champ des formations délivrées aux pilotes aux compétences non-techniques telles que l’aptitude à travailler ensemble de manière synergique.


Il est donc possible d’observer, d’évaluer un équipage sous l’angle de la bonne, ou de la mauvaise synergie de son fonctionnement.

Pour ce faire il a été développé le concept de LOFT (Line oriented flight training) dont l’idée est de mettre un équipage dans les conditions les plus réalistes possibles, avec un scénario fait d’incidents à la gravité et de nature diverses, plausible et ouvert, dans un simulateur de vol (Full Flight Simulator) et sans intervention de l’instructeur.


Cet outil se révèle un formidable révélateur des comportements de chacun, à tel point que les stagiaires n’ont souvent besoin de personne pour prendre conscience des forces et faiblesses de leur prestation.


Le concept de synergie est présent depuis longtemps dans les formations au management. Les RH sont censées être attentives à maintenir les conditions d’une bonne synergie dans l’entreprise.


Pourtant quelles occasions nous ont été données d’observer avec recul notre comportement au sein d’un groupe ?


Favorisons-nous le bon fonctionnement du groupe ?



11 views0 comments